You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.

Depuis ses débuts sous l’alias Apollo Noir, Rémi Sauzedde n’a jamais renié ses racines, musicales et géographiques. Le producteur et musicien a grandi entre les bois noirs de sa région auvergnate et le local de répétition de son groupe punk hardcore. A l’âge adulte, avec une culture musicale transversale affinée et une collection de synthétiseurs analogiques à la hauteur de ses ambitions, il pratique désormais une musique électronique hybride et singulière.

Avec son troisième album Weapons, il botte en touche dans la quête du Graal de la maturité pour proposer un périple accidenté entre brutalité et minimalisme, baigné de ses amours contraires et d’une fascination teintée d’ironie pour l’imaginaire subversif du métal. Un disque produit spontanément où les rythmiques découpées au couteau s’entrechoquent avec les basses saturées. Et où les synthétiseurs et voix fantomatiques, devenus sa signature sonore, rencontrent un sound design chirurgical.

Loin de se cantonner à une énergie physique ou un concept album cérébral, Weapons est aussi l’occasion de rappeler qu’Apollo Noir est un généreux producteur de bangers à l’efficacité quasi-jouissive à l’image de Arme de Destruction Massive” ou du sommet
épique Adieu”. Tue les Tous” est une lettre d’amour au rock industriel et aux solos de guitare metal quand Flame Thrower” s’inscrit dans la lignée crasseuse de la witch house aux accents trap poussés dans le rouge. Sorry”, le un morceau ambient de 20
minutes qui vient clore ce voyage sonore, est une façon de rappeler qu’Apollo Noir ne fait rien comme les autres.

A la fois son disque le plus accessible et le plus spontané (mixé par Joakim Bouaziz le boss de Tigersushi et producteur /​mixeur de renom), Weapons est une nouvelle étape dans le parcours sinueux, défricheur et ludique d’Apollo Noir que l’on ne peut que vous
conseiller de ranger dans votre discothèque entre Minor Threat, SOPHIE et Slayer.